Décalages italiens [Lost in translation]

par Charlène
8 minutes de lecture

Les mois passent et ma vie d’expatriée en Italie prend doucement forme. Certaines choses deviennent familières et je ne fais même plus attention au bruit des cloches (ou presque, ça dépend de la profondeur de mon sommeil). Pourtant, je vis encore régulièrement des chocs culturels ! J’aurais bien intitulé cet article “Choc culturel : les italiens” mais ce serait trop… italien ! J’avais aussi pensé à “Les italiens sont chelou, point final”. Mais on ne me croirait pas ! Alors voilà, à l’instar de Bill Murray et Scarlett Johansson moi aussi je suis parfois “Lost in Translation” au pays des spaghetti. Heureusement, il y a l’humour et l’écriture ! Voici donc ma nouvelle petite collection de bizarreries transalpines.

Administratif : je vois pas le problème

Dès le départ, on avait bien compris qu’on allait galèrer avec l’administration italienne. “Oh tu parles !”, te dira le français resté au pays. “La France c’est pourri” bla bla bla, enfer administratif et aberration. Oui je suis d’accord, notre administration est lourde. On va pas se mentir ! Mais nos copains ritaliens… ! Ils ont fait fort, très fort ! En réalité, je crois qu’il y a complot ! #OnNousMent #QueFaitEliseLucet !

Tout a été prévu pour abandonner en cours de route et y laisser ses cheveux. Tous ses cheveux. Oui, même moi ! #Jackson5 

Crise cardiaque

En réalité le système italien se mord la queue. Quand on va le plus loin possible dans une démarche… on finit par retourner à la case départ ! Try again ! J’en veux pour preuve la sécu ! HAAAAAAA ! Mais vous savez qu’on n’y arrive toujours pas avec cette sécu ! Nous avons fini par être inscrits à l’ASL après des mois de bataille, en novembre. Seulement aux premières consultations chez ma bien aimée Daria (que j’ai d’ailleurs révoquée depuis. Oui révoquée. On dit comme ça ici. New York Unité Spéciale. Aucun rapport. Bref, j’ai changé de pédiatre.), elle nous annonce de sa voix enjouée qu’il y a un problème. En gros, notre dossier n’est pas relié au ministère des finances, si bien qu’elle ne reçoit pas les remboursements suite aux consultations. Dommage, vu qu’on y est allé tous les deux jours pendant 2 mois. Direction l’ASL (la sécu) où la charmante dame nous dit avec toute la nonchalance qui la caractérise : “bah non, nessun problema ! Allez donc à l’Agenzia delle Entrate, il doit y avoir un soucis avec votre adresse.”

Vous vous souvenez de l’Agenzia ? Le fisc pour fêter l’arrivée en Ritalie ! Cette dernière nous répond : “bah non, tutto a posto ! Vous recevez pas vos cartes de sécu, dommage, on peut rien pour vous.” Alors c’est quoi le problème ? Bah c’est l’ASL ! Ok on y retourne ! Coucou c’est moi ! La française avec la petite charmeuse ! “Hey meuf y’a pas de soucis ! Je comprends pas pourquoi t’es là !”. Etc. Etc. Etc. Pauvre Daria, elle est pas prête de retrouver son pognon je vous le dis !

Le codice fiscale, un cas d’école

Oui ça fait hyper sérieux dis comme ça. Alors qu’en réalité pas du tout ! Non mais le codice fiscale quoi ! Alors le truc c’est le Graal. Comme je vous l’avais déjà expliqué, sans lui vous n’êtes rien ici. Vous ne pouvez même pas souscrire un abonnement téléphonique et encore moins inscrire vos chers marmots à la scuola.

Sauf que les gars, ils ont poussé le vice ! Ils se sont dit : “hey attends c’est génial ! On va dégainer un code impossible à retenir et on va le demander tout le temps, pour tout. Pour bien faire c**** tout le monde !”. Bon il va de soi qu’on le redemande à chaque démarche administrative, jusque là, admettons. C’est un peu comme un numéro d’immatriculation. En mode Dark Angel. Je vais me tatouer un code barre dans le cou ça ira plus vite. MAIS là où ça devient vraiment hallucinant, c’est quand le codice fiscale apparaît hors contexte.

Décembre. Un mec vient pour l’entretien de la chaudière (non ce n’est pas un scénario de film érotique, loin de là !). À la fin, il me fait une facture et me demande ma carte de sécu. Quel est le rapport ? Il lui faut le codice fiscale. #Chelou

La déchèterie vous le savez, il faut aussi la carte de sécu pour y aller (gros lol). Mieux ! L’autre soir, on achète des places de spectacle et au moment de rentrer nos coordonnées : bim ! Le codice fiscale is back. Mais c’est quoi leur problème ? Je veux dire, on marche sur la tête !

Transposition 

“Bonjour, je vais vous prendre un paquet de chewing gum, un banco et des tic tac.

-Ça fera 8 euros, votre carte de sécu s’il vous plaît.

-Bien évidemment ma brave dame, où avais-je la tête ! Notez bien tous les chiffres hein ! 334 655 voilà et le numéro complémentaire, le 69 !” Humour PMU oblige.

#Bizarre

La foire à l’improbable

Vous voyez les bacs plein de fringues ou de collants en vrac au moment des soldes ? Bon bah c’est à peu près l’état dans lequel est ma tête pour ce qui va suivre. Je vais vous livrer en désordre une série de trucs qui me laissent… pantoise.

Pourquoi ?

Pas pourquoi je fais ça hein. Juste “pourquoi” ? En mode Moundir (non je ne remettrai pas l’extrait c’est du réchauffé). Ou pourquoi tel Sandy Valentino si vous préférez ! #PourquoiPourquoiToutÇaNarriveQuaMoiiiiiiiiii

Dans la série de big fail qui nous est tombée dessus cette année, notre chaudière nous a lâchés en pleine vague de froid et durant le séjour de mon frère à la maison. Hey ouais on sait recevoir ! Après deux visites des “experts” (WHOOOOO ARE YOUUUU ? WHO WHO WHO WHO !! Ah les dimanches soirs sur TF1) et un diagnostic fatal : “on ne peut rien faire, faut la changer, on revient demain. / Mais….. mais… mais il fait froid et ça fait déjà 4 jours… et on a des enfants en bas âge ET EN PLUS IL PLEUT DANS LE SALON BORDELLLLLLL !!!!” (Big fail je vous dis). Bref après ces terribles paroles, nous nous sommes résolus à acheter un souffleur. Vous savez ces trucs qui font sauter les plombs tellement ça consomme et qui chauffent autant qu’un sèche cheveux.

Nico rentre entre midi et deux pour apporter l’objet de la délivrance. Nous ouvrons la boîte fébrilement, avec nos manteaux et nos bonnets (véridique) et là… Il m’a regardé, je l’ai regardé. Regard dubitatifs. Oeil jeté dans la boîte pour voir si rien ne manque. “Mais, ça rentre pas dans la prise ça, faut un adaptateur”. OK ! Donc les gars, ils vendent un truc chez eux, dans leur pays, qui ne rentre pas dans les prises de toutes les baraques de Ritalie ! #WhatTheFuck !

La santé d’abord

Il y a quelques temps, Nico a reçu un bon cadeau en guise de prime. Certaines crèches font partie du réseau de partenaires. Nous n’avions alors pas encore trouvé la crèche de Chiara. Les espoirs étaient grands. Nous nous rendons sur le site où il est possible de voir tous les établissements participants. Une sorte d’illicado XXL. En parcourant un peu, nous découvrons qu’il y a de nombreuses possibilités pour dépenser la cagnotte. Voyage, Club Med, zoo etc. Mais par dessus tout, le truc qui réunit le plus de partenaires : la santé. Dentiste, gyneco, ophtalmo et j’en passe. Autre monde. Le ticket cadeau pour aller chez le doc, je l’avais pas vu venir !

En inscrivant Chiara à la crèche quelques temps plus tard, je demande si le bon est valable dans l’établissement. La gérante me répond qu’elle doit se renseigner. Puis elle ajoute : “nous aussi on en a eu pour la naissance des enfants. On a toujours voulu faire quelque chose avec et puis finalement on est allé chez le docteur. Ça coûte tellement cher à chaque fois.”. Et elle éclate de rire. Haha (ça c’est moi avec mon rire pourri de : “oui bien sûr, héhé pays chelou, héhé de toute façon comment répondre j’ai pas les mots, héhé tant que je ris ça passe).

Imaginez votre CE à Noël : “c’est cadeau les enfants ! Vous avez bien bossé cette annéee et votre CE est ravi de vous offrir 100 euros à valoir sur une couronne en céramique !!!! YOUHOU !” (à prononcer avec la voix  crooner de James Marsden dans Hairspray. Oui c’est précis. Ou la voix d’un animateur de supermarché).

Une couronne… en céramiiiique !!

Le ménage

Je vous ai déjà expliqué que les italiens étaient à fond sur la propreté. Et que pour eux les français étaient crados. Ce que je leur ai confirmé quand un mec, encore pour la chaudière, est venu effectuer une vérification. Seul problème ? Je ne me rappelais pas du tout du tout du tout de ce rendez-vous. Résultat, je venais de coucher Chiara et je sortais de la douche. (Excusez ma tenue, je sors de la douche. Non toujours pas un film de cul je vous dis !). Je n’avais encore rien rangé après le déjeuner et le lave-vaisselle était plein (donc plein de trucs à mettre dedans en stand bye dans la cuisine). Grand moment.

Gros bref. On peut pas lutter. Quand bien même nous serions les plus grands maniaques du monde. Ils seront toujours plus forts que nous ! Quand je vais chez OVS, mon magasin de vêtements préféré, il y a une dame qui fait le ménage tout le temps. La nana elle est là du matin au soir. À tel point que la première fois que j’y suis allée, j’ai cru que c’était la fermeture ! En plus, elle te pousse. Elle passe avec sa serpillère : “pardon mademoiselle, vos pieds salissent mon sol”. Oui mais moi je suis là pour acheter un truc. Ça compte pas ? “Non, pas autant que la propreté”. De temps en temps, elle se promène entre les rayons avec un pschitt. Et elle désodorise. Le truc où tu asphyxies dès qu’elle s’éloigne. En plus c’est complètement chimérique. Faut plus ouvrir le magasin sinon. Comme ça il sera nickel, pour toujours…

Autre petite pépite : le désinfectant à légumes ! Non mais quand je vous dis que ça vire à l’obsession. Au supermarché, il est possible d’acheter des énormes bouteilles de désinfectants pour légumes ! J’adore ! Les gars complètement psycho rigides !

La douche

Bon ok, en fait j’ai trop de trucs à dire. Rappelez moi de ne pas restée aussi longtemps sans vider mon sac la prochaine fois d’accord ? Un détail, rapide. Savez-vous qu’en Italie, il y a une corde dans chaque douche. Au cas où ça n’aille pas bien.Genre que t’ai envie de te pendre. La légendaire serviabilité italienne a encore frappé. Je ne vous raconte pas la solitude le jour de notre emménagement.

“Oh une corde !

-Ça doit être pour l’aération ! #Naïve

-Essaye !”

DRRRRRIIIINNG  ! Son strident. Ah bah oui je vous rappelle que les italiens ne savent pas faire dans la discrétion. Mais au moins si mamie se casse la margoulette dans la douche, on est sauvé!

La mamma

Il faudra quand même expliquer un jour aux petits garçons italiens que maman ne pourra pas rester à leur côté toute la vie. Même si la mamma italienne se réjouit de l’être. Comment font les belles-filles ? Ça je l’ignore ! Je vous ai déjà expliqué à quel point l’enfant roi m’exaspérait ici. Mais le problème c’est que ça dure des années ! Le nombre de gars avec leur maman au supermarché, qui se trémoussent avec leur petite dégaine de fiston à maman.

“Hey maman regarde j’ai pris le pain !

– Bravo mon fils ! Tu as 35 ans ! Je suis fière de toi ! Marco chéri, regarde ! Matteo a pris le pain tout seul !

– Ah si maman pouvait voir ça. Dit Marco” #CercleVicieux

Nico a un collègue qui a mis un tracker GPS sur le téléphone de sa mère et de sa femme. Du coup de temps en temps il vérifie, histoire de voir où elles sont. Et vous savez le plus drôle ? C’est qu’elles sont tout le temps chez elles. Et vous savez ce qui est encore plus drôle ? C’est qu’elles ne sont séparées que par une maison et qu’elles passent la plupart de leur temps ensemble. Du coup les deux points sur la carte sont toujours l’un sur l’autre. Et oui, la mamma tu l’aimes ou tu l’aimes. Il n’y a pas d’échappatoire.

La curiosité

Peut-être que ce n’est pas le bon mot, car en réalité, la curiosité n’est pas toujours un vilain défaut. Ok, des fois c’est bien de se mêler de ses affaires. Mais la curiosité c’est aussi ce qui pousse à aller à la rencontre des gens. Et pour ça les italiens sont très forts. Je dirais même qu’ils sont aux antipodes des français et en réalité, ça me plaît. Parce que si j’aime mon pays passionnément, je dois quand même dire qu’on est des sacrés quiches des fois. Cette façon d’être toujours renfrognés et suspicieux. Fatigant.

Les italiens viennent vers les autres. Les enfants évidemment sont un formidable appât. Pas plus tard qu’hier, je m’étais garée un peu à l’arrache devant la crèche, à moitié sur le trottoir (manquerait plus qu’un rital vienne me faire la moral, quand on voit comme ils conduisent !). Bref, en installant les enfants dans les sièges auto, deux petites mamies arrivent. J’étais super gênée d’occuper tout le trottoir, même si en réalité elles s’en fichaient.  Alors que j’attache Elliot, je lève la tête pour regarder Chiara et là, le choc. Collée à la vitre, une des mamies était entrain de faire des grands coucou à Chiara qui le lui rendait bien. Je suis cardiaque madame, faut pas me faire des coups comme ça !

Décidée à ne pas s’arrêter en si bon chemin, elle tente de faire des ciao à Ellioto qui ,en bon coquin, se cache dans ses mains. Et voilà que “mamie ciao” fait le tour pour venir le voir. D’aucun trouverait ça intrusif, mais ici c’est juste une scène de la vie ordinaire.

J’ai réalisé que je m’étais complètement habituée à cet aspect des choses. Je l’ai réalisé pour la première fois lors de mon dernier séjour en France. Quand Elliot s’est mis à chahuter au supermarché et que tout le monde l’a soit ignoré soit carrément méprisé avec l’oeil mauvais (suivi d’un regard dans ma direction : mais que fait sa mère ?! Elle boit des mojitos et chante du Maître Gims ça dérange quelqu’un peut être ?). La seconde fois, je m’en suis rendue compte quand la nièce de Nicolas est venue nous voir, il y a de ça quelques semaines. Nous étions dans le métro à Milan et tout le monde était à fond avec les enfants. Ça mériterait une brève poétique. C’est trop génial à chaque fois que je prends le métro avec eux ici. Bref, une dame vient et se met à attraper les joues de Chiara et à me parler. Une fois partie, je partage avec notre nièce ma joie de ce genre de moments. Mais à ses yeux, c’est étrange et déplacé. Elle s’étonne que les gens se permettent de venir toucher les enfants et trouve que cela pose un problème d’hygiène. D’un certain point de vue je comprends. J’avoue que je n’y avais même pas pensé. Mère irresponsable.

Mais en réalité et je m’arrêterai là, je trouve que cette propension à aller vers les autres donne une certaine légèreté aux choses. Je ne dis pas que la curiosité de certains n’est pas pesante parfois (comme le gars qui s’arrête au milieu du passage piéton parce que t’as une plaque française. Tu vas t’en remettre ? Ou l’autre qui marche parallèlement à toi et se calque sur ton rythme, en te regardant, parce que tu parles français à tes enfants. Et oui, démasquée haha ! Bien joué Sherlock ! #MaisSalomonVousÊtesJuif?

Le fait est que les italiens vivent largement plus en communauté que nous, pour le pire et le meilleur. Mais lorsque je rencontre des moments de solitude tels que les interminables attentes chez les médecins ou les courses qui tournent au drame, je me sens entourée de beaucoup de bienveillance et je reçois toujours de l’aide. Même attendre à la sécu est drôle. Tout le monde se parle. Et ça, c’est un décalage dans lequel je plonge sans soucis !

♥ Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Pinterest ♥

Vous aimerez aussi

4 commentaires

Lutz Eva 4 mai 2018 - 15 h 15 min

Je vous adoooooore !
Mdr en vous lisant ET rassuré car je suis comme les italiens …. je parle à tout le monde et partout …. pas etonnant que je me sens comme chez moi chacque fois que je suis en Italie. Notre fils de 27 ans vit tjrs chez nous et ne jure que par moi …. je trouve ça bizarre mais en même temps j’aime …. si il déménage avec nous ça ne fera pas du tout étrange dans ce pays ….. peut-être suis je une italienne reincarné autrichienne ….

Reply
Charlène 4 mai 2018 - 15 h 44 min

Merci Eva ! En effet il y a quelque chose ! En même temps l’Autriche partage une frontière avec l’Italie alors il y a peut-être eu fricotage chez vos descendants 🙂 Oui moi aussi je suis très sociable et j’apprécie énormément de pouvoir échanger avec les gens facilement. Votre Tanguy ne sera pas dépaysé ici c’est sûr !!!

Reply
Elisa 12 mars 2019 - 4 h 31 min

Encore une fois merci . J’ai baigné dedans depuis petite et des fois je ne le rend pas compte des différences . Ce que je me rend vraiment compte c’est la différence avec les enfants . C’est rare que en France les gens compliment ton enfant . Ils le font plus avec les chiens lol en Italie n’importe quel endroit ou je me trouve quelqu’un me parle et donne de l’importance à mon enfant . Des fois un peu trop . Le ma che bella che bella come sono belli i capelli . Souvent je répond merci . Mais c’est une petite fille pas besoin d en faire tout un plat ! Je me reconnais bien aussi sur le code fiscal et les attentes interminables chez le médecin ou la prise de sang . D’ailleurs j’ai fuis un peu l Italie più ces raisons . La commodité française me manque mais la chaleur des gens en Italie me manque en france . Dans la rue , au centre commerciale , au marche en france je m’ennuie. C’est rare que quelqu’un te parle … Enfin bref merci pour cet article

Reply
Charlène 16 mai 2019 - 21 h 48 min

Oui la France est moins chaleureuse que l’Italie, il n’y a aucun doute sur la question ! D’ailleurs, j’adore vivre à Lyon parce que j’y ai tous les gens qui me sont chers, mais les français de manière générale m’exaspèrent ! C’est drôle parce que je trouve au contraire les italiens vraiment dingues avec les chiens ! Ils leur parlent comme aux enfants. D’ailleurs il y a plus de chiens que d’enfants ! Mais oui c’est vrai que les enfants sont rois (peut être trop d’ailleurs à mon goût !), mais ça a ses avantages 🙂

Reply

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More