14 mois en Italie : Et soudain le bonheur !

par Charlène
5 minutes de lecture

Et nous voilà déjà à notre rendez-vous bimestriel ! Que ça passe ! Je dois bien vous avouer que je n’ai pas vu le temps filer depuis mes articles pavés sur cette première année en Italie. Un déménagement, pas mal de travail, un petit retournement de situation avec la crèche bref, un bon cocktail pour ouvrir les yeux et dire : “quoi déjà deux mois !?”

Un mois d’août entre cartons et famille

Il serait mensonger de dire que notre été nous a reposé. Parce que bon, deux déménagements en un an, ça fait beaucoup ! Et en plus, cette fois les enfants étaient avec nous, et on a bien senti la différence ! Mais nous avons quand même réussi à profiter les uns des autres. Quelques jours au Mont Cenis avant l’emménagement nous ont fait un bien fou. 18 degrés alors que nous mourrions sous 40 à Lodi, c’était génial. Chiara a trouvé ça cool (la pauvre), de choper la roséole à ce moment là, soit 2 jours avant le déménagement. Mà dai ! On a survécu. Pour souffler on est aussi parti une semaine à la mer après le déménagement. Une pause nécessaire et bien méritée !

Un déménagement sous une bonne étoile

Une équipe super sympa, ultra ponctuelle et pro. On ne pouvait pas rêver mieux pour ce déménagement que nous appréhendions un peu. Avec les deux petits loulous, pas évident ! Ils ont même pu monter dans le camion ! Tout s’est très bien passé et on a de nouveau déménagé sous 41 à l’ombre. La routine somme toute !

J’ai quitté Lodi sans me retourner. D’habitude j’ai toujours un pincement quand je quitte un logement. Je suis un peu mystique alors je lui parle. Ne me jugez pas. J’ai quand même dit un mot. Du genre : “tu étais au mauvais endroit, au mauvais moment”. Mais bon, la vérité c’est que j’aimais pas cet appart et que Lodi c’était pourri.

Récit en image, tel un roman photo ! Titre : Ciao Lodi !

Une nouvelle maison : enfin chez nous !

Nous sommes amoureux de notre nouvelle maison ! Il faut dire qu’on ne pouvait pas rêver mieux. Au coeur de la verdure et d’un quartier résidentiel. À seulement 10 minutes à pied du centre historique de Parme et à une minute d’un des plus grands parcs de la ville. Une maison au sein d’une bâtisse incroyable, que nous avons très vite investie, déco à l’appui ! Bref, un parfum de bonheur quoi…

Même les enfants ont très vite adopté les lieux ! Leur chambre est beaucoup plus grande que l’ancienne et ils prennent beaucoup de plaisir à jouer ensemble.

On a quand même eu la joie de vivre une semaine sans électricité à notre arrivé. Suite à un mic mac administratif évidemment. Génial !

Quant à moi, j’ai enfin installé mon bureau sous l’escalier, fait ma déco un peu partout (même s’il manque encore des choses !) Bref, ça va bien !

Roman photo bis. Titre : Oh la vache va falloir déballer tout ça !

Parme est plus chez moi en un mois que Lodi ne l’a jamais été en plus d’un an.

À vrai dire je crois que nous nous sommes tout de suite sentis chez nous ici. Une évidence. J’ai même fait un cauchemar où nous devions déménagé cette nuit. Et je ne voulais pas quitter cette maison. C’est dire !

Récit photo 3 : La casa nostra 

Parma la bella

C’est un peu comme si cette ville était taillée sur mesure pour nous. On se faisait la remarque avec Nico en se disant que si nous avions voyagé ici, nous serions tombés sous le charme. Souvent lors de nos voyages, nous arrivons à un endroit où l’on se prend à songer : “ça doit être pas mal de vivre là. Ça respire la belle vie.” Et bien Parme c’est comme ça. Une ville grande et dynamique mais que l’on peut parcourir à pied et qui se traverse d’un bout à l’autre en voiture en à peine 15 minutes.

Des activités culturelles à n’en plus finir, une tradition gastronomique à tomber, de la vie à toute heure. Des bâtiments magnifiques. J’arrête ici ? Une population assez bobo. Bref, fait pour nous je vous dis !

À Parme j’aime tout. Les jours de pluie, les feuilles qui tombent, le bruit des klaxons, les bouchons. J’aime même la conduite des gens. Mouhahaha ! Non je déconne ! Il ne faut pas pousser ! Ils roulent mal comme d’hab ! Mais je crois que je suis devenue comme eux. Mes beaux-parents sont venus la semaine dernière et ma belle-mère m’a trouvée très intégrée ! 

Un nouveau rythme de vie

Avec ce déménagement nous avons beaucoup gagné. Au delà de la maison (j’ai déjà dit qu’on l’adorait ?), on a un confort de vie de dingue. L’école d’Elliot est à 6 minutes en voiture, la crèche à 10 et le boulot de Nico à 8 minutes ! On déjeune ensemble au moins une fois par semaine. C’est trop bien !

Elliot a eu une place à l’école européenne en section francophone. C’est un vrai soulagement pour tout le monde. Il a l’air beaucoup plus heureux d’y aller et je pense qu’être avec des camarades francophones lui fait beaucoup de bien. Il faut bien comprendre qu’il a pas mal de difficultés d’élocution et du coup, ça couplé avec l’italien, c’était compliqué pour lui l’an dernier. Le comble c’est qu’il nous sort des mots italiens tous les jours maintenant ! Il aura fallu attendre qu’il aille à l’école française pour parler italien. Allez comprendre !

Il nous fait des sketchs par croyable. Répond “si si !” à n’importe quelle personne qui lui parle italien. L’autre jour il a fait une sorte d’imitation en racontant n’importe quoi à notre voisine. On était plié de rire. Il ponctuait tout de même ça de “mà dai”, “italiano” et “cioccolato” par ci-par là.

Maintenant que Chiara a repris la crèche (pour les détails de cette folle aventure je vous invite à lire mon article enflammé : “En aparté, je vais craquer !“), tout va s’équilibrer. Elliot fini à 15h le lundi, 16h30 les mardi, jeudi, vendredi et à 13h30 les mercredis. Ce qui va nous laisser tous les mercredis après-midi ensemble, juste tous les deux. Je me réjouis de ce moment partagé. On n’a pas tellement l’occasion d’être au calme tous les deux. La tornade Chiara est très accaparante et je pense que nous apprécierons lui comme moi ce moment.

Il va aussi à la piscine les samedis matins avec Nico. Bref, une vraie vie sans tourments. Bonheur je vous dis.

Une intégration facile

En un peu plus d’un mois, on a été invité à l’anniversaire de la petite voisine (deux filles qui ont le même âge qu’Elliot et Chiara et des parents amoureux de la France. Destin quand tu nous frappes !), je me suis fait une copine à l’école (on a pris un café et tout et tout, enfin la vie sociale !!), on a fait un apéro avec les français de Parme et comme je trouvais que je n’avais pas assez à faire comme ça, je suis même devenue représentante des parents d’élèves ! Et ouais !

L’avancée des projets

L’été a été riche. Beaucoup d’aventures et beaucoup de travail de mon côté. Je continue de m’épanouir dans mon activité. J’ai vraiment trouvé ma voie. Et après des mois de travail et des nuits semi-blanches, j’ai enfin fini mon site pro ! Vous pouvez le découvrir en cliquant sur ce lien !

Fabriquer de nouveaux souvenirs

Vous le savez bien, l’an dernier n’était que peine et nostalgie. Pas que en fait. Mais bon, c’était compliqué quoi. Les premiers temps à Parme, j’étais prise entre deux feux. Bon déjà parce que j’avais Chiara à la maison et que même si elle est absolument craquante avec sa bouille (j’ai envie de croquer ses joues rien qu’en l’écrivant), elle est aussi tyrannique. Mais vraiment. Je vous passe les détails mais il y a du boulot et sociabiliser à la crèche va lui faire du bien. En tout cas elle a l’air de bien s’y faire. Et après deux jours de garde les éducateurs m’ont déjà sorti : “elle a un sacré caractère hein”. Non vous croyez ??? #creepypetitefilleadorable

Au-delà de ça, je n’arrêtais pas de penser au retour en France. Où va-t-on habiter ? Quels travaux ? Quelle vie ? J’ai réalisé que j’avais peur de m’attacher à Parme, parce que je sentais déjà que j’allais y être bien.

On en a parlé avec Nico et on s’est dit qu’au contraire c’était génial car tout était possible. On ne sait pas où on sera dans deux ans. Italie, France, dans notre maison, de retour dans le centre de Lyon, ailleurs ? Peu importe. La vérité c’est que pour la première fois depuis très longtemps on est bien. Tous ensemble,  au même endroit. Pas de décalage. On a tout ce qu’on voulait. Une famille, une maison qu’on aime, mais au coeur de la ville. Un lieu qui nous correspond. Des boulots épanouissants pour nous deux et plein de projets. Il n’y a pas besoin d’aller chercher plus loin. Profitons de ça et le reste viendra en temps voulu.

La France dans le lointain

Je dois bien avouer que je me sens complètement déconnectée de la France. Je regarde encore de temps à autre une émission et j’écoute France Inter tous le matins mais ça n’est pas pareil. On n’a pas les pulsations. La conversation dans la rue, dans le train, au boulot. Le journal du soir même si on en écoute deux mots. On n’est plus là. Nous allons revenir pour les vacances de la Toussaint et je trépigne de voir ma famille. 3 mois sans eux, pour moi c’est l’infini. Mais je suis bien là où je suis alors ça fait pas mal passer les choses.

Non mais attendez ! Hier soir, j’étais toute seule. Ni une ni deux, je mets Esprits Criminels sur TF1. Oui je suis comme ça moi ! Et là je tombe sur C’est Canteloup… présenté par Alessandra Sublet. WHHHATT ? La pub passe, lancement de Danse avec les Stars présenté par Camille Combal et Karine Ferri mais What the fuck? On est largué !!! Oh vous voyez l’idée, le genre d’info dont on se moque en réalité mais qu’on aurait su de gré ou de force si on était encore dans la mère patrie.

Bref, vous l’aurez compris. Le bonheur c’est ici et maintenant. Il ne manque plus que nos amis et nos familles pour le partager avec eux. En attendant le cercle s’élargit et nous profitons pleinement de la chance qui nous a été donnée. Une superbe aventure !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More